Un an après la chute d’Alep, des réfugiés hantés par la douleur du départ

Un an après la chute d’Alep, des réfugiés hantés par la douleur du départ: « C’est comme un poisson hors de l’eau, j’ai perdu une part de moi-même »: comme d’autres réfugiés en France, Salah al Ashkar vit dans le souve…
Source